Vidéoprojecteur BenQ W1090

Le BenQ W1090 est un vidéoprojecteur fabriqué en Chine et sorti en octobre 2016. Il succède aux modèles W1070 (sorti début 2013) et W1070+ (sorti fin 2014).

Le vidéoprojecteur BenQ W1090 mesure 34,6cm de longueur x 10,1cm de hauteur x 21,4cm de profondeur, et pèse 2,75kg.

Il est livré avec :
* Un cordon d’alimentation de 1,75m
* Une télécommande avec rétroéclairage
* Deux piles AAA
* Un CD avec manuel d’utilisation (.pdf)
* Un guide de démarrage rapide

Ce vidéoprojecteur offre une résolution native en full HD (1920x1080p), un flux lumineux de 2000lm, et un rapport de contraste de 10000:1. En mode Normal, il consomme 270W (220W en mode Éco).

A l’arrière, le BenQ W1090 offre une connectique complète :
* 2 entrées HDMI dont 1 MHL permettant de connecter un smartphone en mode miroir
* 1 fiche RS-232, dédiée à un contrôleur de home cinéma
* 1 entrée VGA pour le PC
* 3 fiches composante : 1 vidéo (jaune) et 2 audio (rouge/blanche), pour raccorder un lecteur DVD ou un caméscope
* 1 fiche audio IN jack 3.5mm
* 1 fiche audio OUT jack 3.5mm
* 1 prise d’alimentation USB 5V/1.5A pour alimenter le kit HDMI sans fil WDP01 ou WDP02 (non inclus)
* 1 fiche mini USB utilisée pour les mises à jour de firmware (prise « service »)
* 1 entrée d’alimentation
* 1 emplacement verrou de sûreté Kensington

Le vidéoprojecteur intègre les boutons et voyants suivants :
* Marche / Arrêt
* Retour arrière
* Menu
* Sélection de la source
* Correction de l’effet trapèze
* Réglage du volume sonore
* Témoin lumineux « LAMP » : indications sur le fonctionnement de la lampe
* Témoin lumineux « TEMP » : avertissement en cas de surchauffe

On trouve également une trappe d’accès permettant de remplacer la lampe, ainsi que les fonctionnalités permettant de régler le zoom et le focus. Le W1090 intègre par ailleurs un correcteur automatique de distorsion trapézoïdale mais le lens shift, présent sur le W1070+, est malheureusement passé à la trappe… cette fonctionnalité était pourtant bien pratique pour affiner le réglage du vidéoprojecteur. L’angle de diffusion de l’image est ajustable à l’aide des trois pieds situés sous l’appareil, réglables indépendamment.

Le W1090 intègre un haut-parleur de 10W dans une petite caisse de résonance (mode CineMaster Audio+). Si BenQ a consenti quelques efforts dans ce domaine, il reste encore un long chemin à parcourir pour offrir un rendu sonore digne de ce nom : le son du W1090 reste étouffé, et mieux vaut utiliser un kit audio 5.1 en complément du vidéoprojecteur pour apprécier pleinement un film.

Ce vidéoprojecteur offre différents modes d’image (Lumineux, Vivid, Cinéma, Jeux, Sport et Utilisateur), et chaque mode à un impact sur la restitution des couleurs mais aussi sur le bruit produit par le vidéoprojecteur. A ce sujet, le W1090 a fait de sérieux progrès depuis le W1070+, et je le trouve globalement silencieux.

Le mode Sport est une nouveauté du BenQ W1090 : adapté aux pièces éclairées, il améliore le rendu sonore ainsi que l’image, en faisant davantage ressortir le teint de la peau.

Dans ma configuration, j’obtiens une image nette de 2,60m de longueur x 1,50m de hauteur, ce qui permet de regarder des films ou de jouer dans d’excellentes conditions. En mode Vivid, le rendu est saisissant et la restitution des couleurs est fidèle.

En jouant avec la molette de zoom, BenQ indique qu’il est possible d’obtenir une diagonale de 100 pouces à une distance de 2,5m du mur.

Avec un flux lumineux de 2000lm, l’image diffusée par le BenQ W1090 reste lisible à tout moment de la journée, mais le meilleur rendu s’obtient dans une pièce non éclairée : cela permet de faire ressortir les couleurs et d’obtenir un noir profond.

La durée de vie de la lampe est donnée pour 3000h en mode Normal, 4500 heures en mode Éco, et 6500 heures en mode Smart Éco.

Au niveau du design, le W1090 est en régression par rapport au W1070+ : le blanc brillant et aluminium du W1070+ laisse désormais la place à une coque 100% plastique blanc mat uni, qui donne un look très sommaire à ce vidéoprojecteur.

Finalement, ce BenQ W1090 possède de nombreux atouts, et peu de véritables défauts ; en dépit de son design en régression et de la disparition de quelques fonctionnalités bien pratiques, le W1090 offre un rendu visuel impressionnant, avec une qualité d’image excellente qui ravira aussi bien les cinéphiles que les joueurs.

Points positifs :
+ Excellente qualité d’image
+ Bon rapport qualité/prix
+ Bonne luminosité, y compris en journée
+ Moins bruyant que le W1070+
+ Nombreuses connectiques à l’arrière du vidéoprojecteur
+ Correction efficace de l’effet trapèze
+ Interface utilisateur claire et bien pensée
+ Télécommande rétroéclairée
+ Bonne durée de vie de la lampe
+ Notice complète et bien rédigée

Points négatifs :
– Finition sommaire
– Son étouffé
– Absence de lens shift
– Câbles HDMI non fournis
– Kit WFHD2 non inclus et vendu à prix exorbitant (500 euros sur le site de BenQ !)
– Cache de lentille non fourni
– Les « clics clics » lorsque l’on presse les touches de la télécommande
– A quand une démocratisation des vidéoprojecteurs 4K ?

Je joins quelques photos à ce commentaire, ainsi qu’une vidéo dans laquelle je teste ce vidéoprojecteur BenQ W1090.

Climaxe

Ce vidéoprojecteur BenQ W1090 peut être trouvé ici :